Culture du cannabis : guide en ligne

la culture du cannabis

L’usage du cannabis, que ce soit pour des fins médicinales ou récréatives, s’est largement répandu ces dernières années. Voilà pourquoi de nombreux consommateurs souhaitent désormais faire pousser cette herbe eux-mêmes dans un placard ou un endroit isolé de la maison. Beaucoup d’entre eux ont pu aller au bout de ce projet en appliquant les étapes que nous allons aborder dans cet article.

Étape 1 : L’aménagement d’un espace spécialement dédié pour la culture du cannabis

Tout d’abord, vous devez commencer par toucher les graines afin d’évaluer leur qualité. Sachez que celles-ci doivent présenter un dégradé de couleurs allant du clair au plus foncé. La coquille doit être brillante et douce au toucher avec une égratignure zébrée qui la traverse de haut en bas. Pour croître, ces graines ont besoin de chaleur et d’humidité. Si vous comptez germer les graines de marijuana, vous pouvez opter pour l’une des techniques suivantes :

  • Des feuilles d’essuie-tout légèrement humides
  • Un verre d’eau
  • Planter les graines dans un récipient rempli de terre

Cependant, les 2 premières méthodes sont uniquement utilisées dans les cas d’urgence. La dernière demeure la plus efficace surtout qu’elle vous évitera d’endommager les racines de vos graines au moment de les planter dans le récipient spécialement conçu pour la culture.

Sachant qu’il faut avoir un niveau d’humidité assez élevé, optez pour un dôme à humidité. Dans le cas échéant, vous avez toujours la possibilité de couvrir le pot à l’aide d’un film alimentaire. Mettez alors toutes les chances de votre côté pour que vos graines puissent aboutir, en les faisant germer dans une température comprise entre 22 et 25 °C.

Pour cultiver du shit ou beuh, il n’est pas nécessaire d’utiliser une source d’éclairage qu’elle soit naturelle ou artificielle. Préparez un lieu sombre comme une armoire par exemple. Cependant, lorsque vous constatez l’apparition des premières plantules, la lumière est autorisée mais à très faible intensité.

Étape 2 : L’apparition des premières dentées de cannabis

Cette étape correspond à ce que les cultivateurs appellent « la phase de plantule ». Celle-ci débute quand les premières dentées de cannabis ou les premières feuilles nourricières se développent. Cela survient dans les quelques jours qui suivent l’apparition des cotylédons de forme ronde. Ce sont les feuilles dites « nourricières » qui vont donner ces feuilles emblématiques du weed reconnaissables grâce à leurs 5 folioles qui peuvent aussi être au nombre de 7.

Cette étape nécessite beaucoup d’attention, étant donné qu’à ce moment-là votre plante est encore fragile et qu’il suffit de quelques degrés de plus d’humidité pour l’endommager. Cet excès peut provoquer des champignons et amener les feuilles à moisir. Notez que la plante de cannabis n’est pas suffisamment mûre pour se défendre contre les menaces présentes dans son environnement. Comme les racines ne se sont pas encore bien développées, la quantité d’eau absorbée est limitée. Soyez alors attentif pendant l’arrosage pour ne pas noyer votre plante et détruire tout le travail que vous avez entamé durant la première phase. En ce qui concerne les nutriments essentiels pour la survie et le développement de la plante de cannabis, notez que celle-ci n’en a pas besoin puisque les cotylédons les fournissent naturellement.

Par ailleurs, lorsque vous achetez un pot, le mélange qu’il contient est composé de nutriments qui apporteront la force nécessaire à votre plante pendant les 3 à 4 semaines qui suivent la plantation. Par excès de zèle, de nombreux cultivateurs donnent plus d’engrais que nécessaire à la plante de marijuana. Ce problème de sur-engraissement peut facilement provoquer sa mort.

Étape 3 : La phase de pleine croissance

Il s’agit de la phase où votre plant doit conduire son énergie pour permettre à la tige et au feuillage de se développer. Le pied est ainsi planté dans un pot plus spacieux afin de laisser suffisamment d’espace à votre plante pour se développer. Les premiers indices de développement de la beuh commencent alors à devenir palpables. Vous avez alors la possibilité de reconnaître la catégorie de classement de votre plantation :

  • Si les feuilles sont allongées avec des espaces bien marqués entre les nœuds, il s’agit de sativa.
  • Si les feuilles sont touffues et petites, il s’agit d’indica.

Pour que le développement soit optimal, vous devez procéder à l’arrosage régulièrement et placer une petite quantité d’azote dans la terre de culture. Cette quantité va dépendre du rythme de croissance de la plante de cannabis. Il est donc recommandé d’augmenter le taux de nutriments de manière progressive en observant l’état de cette dernière.

A savoir : Même si cette étape, appelée aussi « végétative », peut se prolonger longtemps sous un éclairage en 18/6, vous pouvez y mettre un terme au moment voulu en passant à une intensité lumineuse moins forte en 12/12.

Étape 4 : La phase ultime de développement des têtes

Pour finir, la plante transfère toute l’énergie dont elle dispose pour optimiser la croissance des têtes. Il s’agit de l’étape de « floraison » qui peut être provoquée en augmentant l’éclairage. La période de croissance est ainsi accélérée, ce qui permet de distinguer son genre. Pour connaître les variétés féminines, soyez attentif aux pistils qui, dans ce cas, doivent être fins, blancs et accrochés aux nœuds.

Dans des conditions de culture ordinaires en pleine nature, la plante de cannabis fleurit entre la fin de l’été et le début de l’automne. Voilà pourquoi les cultivateurs en intérieurs provoquent la floraison en changeant d’éclairage. Rappelons aussi que ces plantes doivent être exposées à la lumière pendant au moins 12 heures sans la moindre interruption. Autrement, elles reviennent, la plupart du temps, vers un état végétatif compromettant ainsi la qualité finale de vos têtes de marijuana.

Conseils utiles pour des résultats spectaculaires

Pour obtenir la meilleure qualité de beuh, vous devez suivre les étapes expliquées ci-dessus, mais aussi appliquer un certain nombre de directives vivement recommandées par les cultivateurs en intérieur :

  • Informez-vous autant que possible avant de vous lancer dans ce projet et d’investir dans du matériel dont le prix est loin d’être dérisoire.
  • Ne négligez pas la sécurité puisqu’il s’agit d’une expérience où des dispositifs d’arrosage sont placés au même endroit que des dispositifs électriques.
  • Optez pour la variété de cannabis que vous préférez : indica ou sativa
  • Faites le choix du substrat de culture qui vous correspond
  • Pour l’arrosage, utilisez une eau de bonne qualité
  • Soyez attentif au niveau d’acidité du mélange eau + nutriments en ajustant le Ph de la solution d’arrosage qui doit présenter une valeur comprise entre 5,8 et 6,3.
  • Pensez à bien ventiler l’espace dédié à la culture de vos plantes de beuh pour faire diminuer le taux de dioxyde de carbone qui empêche la croissance et la fleuraison. Placez alors un extracteur dans votre placard.