Le bois de chauffage haute performances, c’est quoi ?

Bois de chauffage

Choisir le bois de chauffage haute performance pour soi peut sembler une tâche décourageante. Il existe différentes catégories de bois de chauffage, différentes variétés d’arbres et le débat entre bois tendre et bois dur continue de déconcerter les meilleurs d’entre eux. En fin de compte, le choix du bois de chauffage le plus approprié dépend de votre budget, du type de cheminée que vous possédez et de la taille de la pièce que vous essayez de chauffer. Alors comment trouver le meilleur bois de chauffage autour de moi.

Bûches séchées ou séchées au four ?

La teneur en humidité est l’aspect le plus important en matière de bois de chauffe. Plus il est sec, plus il brûle bien. En fait, à partir de février 2021, dans le but d’améliorer la qualité de l’air, le gouvernement n’autorise plus que la vente de bois de chauffage dont le taux d’humidité est inférieur ou égal à 20 %. Pour libérer l’humidité, le bois peut être séché à l’air ou au four. Les deux méthodes permettent d’atteindre l’objectif de séchage du bois, mais les processus présentent certaines différences. Par exemple, le séchage au four est beaucoup plus rapide, il ne prend que quelques jours et permet de réduire la teneur en humidité du bois jusqu’à 12 %, alors que le séchage à l’air prend au moins 12 mois ou 2 étés et ne permet généralement d’atteindre que 20-25 % d’humidité. Un autre avantage de l’utilisation d’un four pour le séchage du bois de chauffage est que le processus tue tous les insectes et parasites, protégeant ainsi votre maison contre les parasites indésirables. De plus, il est plus facile de contrôler la teneur en humidité du bois lors du séchage au four, ce qui rend le processus plus efficace que le séchage à l’air. Enfin, un bois de chauffage sec minimisera les dépôts de suie dans votre cheminée, réduisant ainsi le risque d’un feu de cheminée et de dommages au conduit. Rendez-vous sur un site spécialisé pour trouver du bois de chauffage 30 cm ou du bois de chauffage 50 cm.

Types de bois de chauffage

Le bois de chauf est généralement divisé en deux catégories : les bois durs et les bois tendres. “Bois dur”, le nom donné aux arbres qui sont des angiospermes, produisent des graines recouvertes d’une peau ou d’une coquille (ce sont des arbres à feuilles caduques qui poussent généralement plus lentement, ce qui donne souvent une densité de bois plus élevée). Alors que le terme “bois tendre” désigne les gymnospermes (par exemple les conifères), qui restent généralement à feuilles persistantes et sont souvent moins denses en raison de la rapidité de leur croissance. Cela peut toutefois être trompeur. Par exemple, le mélèze (techniquement un bois tendre) est en fait plus dense que l’aulne (techniquement un bois dur). La densité est importante, car un bois plus dense brûle plus longtemps et produit plus de chaleur, et c’est pourquoi les gens préfèrent généralement le bois dur comme bois de chauffage. Le bois dur est également un excellent bois de chauffage en raison de sa faible teneur en sève et en résine.

Comment classer le bois de chauffage ?

Afin de classer la bûche de bois du meilleur au pire, les experts prennent également en considération des éléments tels que la tendance à cracher, la facilité de fendage, le temps nécessaire à la maturation, etc. Cela a donné lieu à des ressources utiles. Parmi les feuillus les plus couramment utilisés comme bois de chauffage figurent le chêne, le frêne, le hêtre, le bouleau, l’aulne, le charme et l’érable. Lorsque vous achetez du bois de chauffage, vous pouvez combiner différents types de bois en fonction de vos besoins. Par exemple, un mélange de frêne et de bouleau vous apportera l’arôme du bouleau et le pouvoir calorifique élevé du frêne. Vous pouvez aussi mélanger du frêne et du chêne et bénéficier de la chaleur durable du chêne et de sa vitesse de combustion très lente. Acheter une partie de votre bois dur dans des filets permet également de le transporter plus facilement.

Bois de chauffage : les types à éviter

Lorsque vous achetez du bois de chauffage, il est important d’éviter le bois qui peut être dangereux. Le “bois vert” en est un exemple. Il s’agit de bois qui n’a pas été séché du tout après la récolte et qui contient trop d’humidité pour brûler efficacement. Brûler du bois vert produit une fumée chargée de créosote, qui entraîne l’accumulation de créosote dans votre cheminée, créant ainsi un risque majeur d’incendie. Il faut éviter le bois traité sous pression ou peint, car il dégage des substances chimiques nocives dans l’air. Il en va de même pour le bois flotté. S’il est ramassé dans l’océan, il contient des niveaux élevés de chlore qui se transforme en produits chimiques toxiques lorsqu’il est brûlé. Le bois flotté d’eau douce, en revanche, a une teneur en humidité très élevée. Il est également déconseillé de brûler du bois pourri ou moisi. La pourriture et la moisissure indiquent toutes deux que le bois a été exposé à l’humidité. Le fait de mettre du bois moisi dans votre poêle ou votre cheminée libère des spores de moisissure dans l’air, ce qui pose des problèmes aux personnes souffrant d’asthme, d’allergies et d’autres problèmes et peut favoriser le développement de moisissures à l’intérieur. Vous devriez éviter d’acheter du gros bois qui est trop long ou trop épais pour entrer dans votre cheminée.